Théâtre des Abbesses   du 03 au 15 septembre 2009
www.theatredelaville-paris.com/spectacle-le-funambule-130

www.preljocaj.org

Dates de la tournée sur www.preljocaj.org/tournees0809-1-4-fr.html

D'après Jean Genêt Auteur Angelin Preljocaj Chorégraphe Ballet Preljocaj Compagnie  Le Funambule

" Prendre le texte à bras le corps et incarner les mots"

www.theatredelaville-paris.com/spectacle-le-funambue-130 .... Chorégraphe et directeur artistique du Ballet Preljocaj – Centre chorégraphique national, Angelin Preljocaj vit et travaille à Aix-en- Provence depuis 1996. Né en 1957, de parents albanais émigrés en région parisienne, il étudie d’abord la danse classique, puis aborde la danse contemporaine avec Karin Waehner à la Schola Cantorum. Après un séjour à New York, où il suit les cours de Merce Cunningham (1980), il entre dans la Compagnie de Quentin Rouillier à Caen, puis travaille au Centre national de danse contemporaine d’Angers, alors dirigé par Viola Farber. En 1982, il est engagé comme danseur par Dominique Bagouet, installé avec sa compagnie à Montpellier. Angelin Preljocaj y fait ses débuts de chorégraphe en créant, avec Michel Kélémenis, Aventures coloniales, un duo présenté avec succès au Festival de Montpellier en juillet 1984 et repris en septembre de la même année, pour l’inauguration du Théâtre Contemporain de la danse. En décembre 1984, Angelin Preljocaj vole de ses propres ailes et présente au concours de Bagnolet Marché noir, qui obtient le prix du ministère de la Culture. Il fonde sa propre compagnie qui s’installe à Champigny-sur-Marne et crée pour elle Larmes blanches et Peurs bleues en 1985, À nos héros en 1986 et Le petit napperon bouge en 1987..... 


la cinquantaine assumée, a senti le besoin de retrouver «la piste éblouissante». Ainsi la décrit Jean Genet dans Le Funambule. Un solo, pour lui, par lui donc mais pas seul. En effet, sur ce fil tendu, c’est avec les mots de Genet que le chorégraphe redevenu danseur entend flirter. Angelin Preljocaj se souvient que plus jeune avant les cours de Karine Waehner à la Schola Cantorum, il parcourait ces pages, chant passionné du poète à son amant funambule. Déjà il y trouvait une matière incroyablement chorégraphique. Puis le temps a passé, Angelin s’absorbant dans une oeuvre dense, l’une des plus riches de la création française. Aujourd’hui l’homme du Ballet Preljocaj retrouve ces phrases comme taillées dans la plus précieuse des matières, l’amour. Sur scène, Angelin Preljocaj sera au plus près du texte qu’il incarnera corps et âme. Il le dira et le dansera, funambule à son tour. «Mais l’Ange se fait annoncer, sois seul pour le recevoir», écrivait Jean Genet. De l’ange à Angelin, il n’y a qu’un pas désormais franchi.