Lettre d'information

Voici les nouveautés publiées sur le site La revue des ressources depuis 2 semaines

Brèves

Evariste Parny à la Réunion

Publié le 15 novembre 2009

"Hommage à un poète injustement oublié : Evariste Parny"
Jeudi 26 novembre 15h Vernissage de l’exposition consacrée au poète éponyme du lycée au CDI : éditions anciennes et récentes des oeuvres de Parny, correspondance, illustrations, archives, photographies, dessins inspirés des poèmes etc. (...)

Lire

"Dérapages" - Edito du Monde

Publié le 13 novembre 2009

Méchantes "blagues", provocations à l’emporte-pièce, "boutades" qui disent tout haut ce que l’on pense tout bas : un climat déplaisant, détestable même, s’est installé depuis deux mois dans ce pays. L’on aurait tort de mettre ces dérapages successifs sur le compte des inévitables scories et (...) Lire

"Eric Raoult confond le prix Goncourt avec Miss France"

Publié le 11 novembre 2009

Contacté par LEXPRESS.fr, Patrick Rambaud, juré du prix Goncourt, estime qu’Eric Raoult "confond le prix Goncourt avec Miss France" en reprochant à Marie NDiaye "de ne pas respecter la cohérence nationale et l’image du pays." Le maire UMP a posé la semaine dernière une question écrite adressée (...)Lire

Le Renaudot vu par Chevillard

Publié le 10 novembre 2009

Je découvre dans cette librairie que le prix Renaudot vient d’être attribué à un certain Frédéric Beigbeder (jamais entendu parler). J’ouvre son livre à la dernière page comme j’aime à le faire, pour en lire une phrase au hasard : À l’aide de ses dents en avant héritées (...)Lire

Museler les écrivains sous Sarkozy

Publié le 9 novembre 2009

Eric Raoult rappelle Marie NDiaye à son « devoir de réserve »
« Monsieur Éric Raoult attire l’attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur le devoir de réserve, dû aux lauréats du Prix Goncourt. En effet, ce prix qui est le prix littéraire français le plus prestigieux est (...)Lire

Articles

Insulaires (2)

15 novembre 2009, par Laurent Margantin

1.
Il était à la sortie de la ville, à côté du boulevard qui longeait l’océan. On le voyait de loin, haut comme un immeuble de quatre étages. Ses branches pendaient au lieu de s’élever, leur masse sculptée par les vents qui ne cessaient de souffler sur la côte. De lourdes lianes pendaient aussi, formant une espèce de voûte sous laquelle s’asseyaient quelques clochards à la peau sombre. L’arbre, situé non loin du cimetière, impressionnait par sa puissance passive, par (...)Lire l'article entier

Ovipalovsky

14 novembre 2009, par Emmanuel Steiner

1
cela fait déjà plusieurs fois qu’il vient rôder autour de la place du PCF, à la recherche de cet étrange individu aux deux grosses bosses sur la tête, une sur la tempe droite et l’autre au sommet de son crâne dégarni, ce qui lui donne une dimension réellement effrayante, l’ayant d’ailleurs amené à surnommer Ovipalovsky ce type qu’il observe toujours de loin, en train de tendre la main devant la bouche de métro du Colonel F mais Ovipalovsky ne s’y (...)Lire l'article entier

Premier chant de Maldoror

13 novembre 2009, par ***

Plût au ciel que le lecteur, enhardi et devenu momentanément féroce comme ce qu’il lit, trouve, sans se désorienter, son chemin abrupt et sauvage, à travers les marécages désolés de ces pages sombres et pleines de poison ; car, à moins qu’il n’apporte dans sa lecture une logique rigoureuse et une tension d’esprit égale au moins à sa défiance, les émanations mortelles de ce (...)Lire l'article entier

Avec Marie NDiaye

12 novembre 2009, par Laurent Margantin

Singulier silence. Tandis que les médias ne cessent depuis plusieurs jours d’évoquer la polémique autour des propos tenus par Marie Ndiaye dans une interview l’été dernier, les intellectuels ou ceux qui se prétendent tels se taisent. Quelques-uns sont choqués par l’appel d’un député à un prétendu « devoir de réserve » que devrait observer la lauréate du prix Goncourt, parmi eux on trouve Bernard Pivot, mais pas beaucoup d’intellectuels médiatiques se qualifiant (...)Lire l'article entier

Lettre à Verlaine

12 novembre 2009, par Stéphane Mallarmé

Paris, lundi 16 novembre 1885
Mon cher Verlaine,
Je suis en retard avec vous, parce que j’ai recherché ce que j’avais prêté, un peu de côté et d’autre, au diable, de l’oeuvre inédite de Villiers. Cijoint le presque rien que je possède. Mais des renseignements précis sur ce cher et vieux fugace, je n’en ai pas : son adresse même, je l’ignore ; nos deux mains se retrouvent l’une dans l’autre, comme desserrées de la veille, au détour d’une rue, tous les ans, parce qu’il existe un Dieu. À part (...)

Lire l'article entier

knar & ce brut

12 novembre 2009, par Fred Griot, Yann Féry

voir les lectures-perf de parl#Lire l'article entier

L’errance de Murdo Munro

11 novembre 2009, par Elisabeth Poulet

Murdo Munro vit et travaille dans les forêts de son île natale sur la côte ouest de l’Ecosse. Il s’est en apparence résigné depuis longtemps à sa solitude et à la froideur de sa femme. Vingt-cinq années que son mariage n’est qu’hostilité et humiliations. Une vie solitaire et difficile avec pour seul baume le whisky que Murdo partage avec quelques compagnons d’infortune. Le jour du mariage de sa fille, Flora, qu’il ne connaît pratiquement pas car sa femme a tout (...)Lire l'article entier

Discours sur les responsabilités de la guerre

11 novembre 2009, par Jean Jaurès

Voici le dernier discours de Jean Jaurès. Il a été prononcé dans la banlieue lyonnaise le 25 juillet 1914, à l’occasion d’un meeting électoral en faveur du socialiste Moutet. Dans un souci pédagogique, l’orateur expose à son auditoire certaines des causes (celles qu’il considère comme les plus importantes) de la guerre qui s’annonce. Cinq jours plus tard, Jaurès était assassiné au café du Croissant, à Paris. Citoyens, Je veux vous dire ce soir que jamais nous n’avons été, que jamais depuis (...)Lire l'article entier

Quatre questions à Nicole Bary, traductrice et éditrice de Herta Müller

10 novembre 2009, par Rédaction

Quelle place occupe Herta Müller dans le paysage de la littérature allemande contemporaine ?
Nicole Bary : Herta Müller occupe une place singulière dans la littérature contemporaine de langue allemande, tant par son écriture que par les thèmes qu’elle aborde. Ecrivain originaire du Banat souabe (Roumanie) elle s’inscrit dans l’histoire de la littérature de langue allemande aux côtés de Nikolas Lenau (1802-1850) comme descendante de la colonisation initiée par les Habsburg au XVIIIème siècle (...)Lire l'article entier

Moi aussi j’ai embrassé un cheval à Turin

10 novembre 2009, par Michel Tarrier

Nietzsche s’effondre le 3 janvier 1889 à Turin. Alors qu’il croise une voiture dont le cocher fouette violemment le cheval, il s’approche de l’animal, enlace son encolure et éclate en sanglots : Nietzsche a définitivement quitté l’humanité.
En 1879, il écrivait, dans Humain, trop humain :
« Rapports avec les animaux. — On peut encore observer la formation de la morale dans la façon dont nous nous comportons vis-à-vis des animaux. Lorsque l’utilité et le dommage n’entrent pas en jeu, nous (...)Lire l'article entier

Extraits d’un blog

9 novembre 2009, par Roland Pradoc

A la Revue des ressources, nous apprécions l’univers et l’écriture de Roland Pradoc, dont nous avons mis plusieurs textes en ligne. Les textes suivants sont extraits d’un blog que tient cet auteur.
3 février 2008 Dans la jungle équatoriale qu’on lui faisait traverser, mon père, après avoir été parachuté sans préavis, encore vêtu de son simple costume de ville et de légers mocassins, se retrouva seul et perdu, sans arme, ni hache, ni petit coutelas, et c’est à mains nues qu’il dut écarter (...)Lire l'article entier

continuer

9 novembre 2009, par Fred Griot, Yann Féry

voir les lectures-perf de parl#Lire l'article entier