www.badinter.com

PROJET DE LOI ORGANIQUE RELATIF AU DEFENSEUR DES DROITS  : Intervention de M. Robert Badinter, auteur de la motion préalable, au Sénat le 1er février 2011.

".....Je m’adresse désormais aux éminents juristes présents dans cette assemblée. Dans les dix ou les quinze dernières années, l’un d’entre vous a-t-il jamais lu une proposition tendant à créer un Défenseur unique, concentrant une multitude de pouvoirs face à l’administration et l’exécutif et réunissant en une seule organisation les diverses autorités indépendantes qui existaient ? Non, il ne conclut pas en ce sens. Il n’invente pas ce que nous avons vu jaillir, à la surprise et parfois à l’émerveillement général, comme jadis Minerve de Jupiter, tout armé du rapport Balladur : le Défenseur des droits, qui s’appelait alors, d’un nom plus pompeux, le Défenseur des libertés. Nous avons tous été surpris, d’autant plus que le concept associé à celui-là était si flou que Mme le garde des sceaux, que nous avons interrogée à plusieurs reprises alors que j’avais le plaisir d’œuvrer au sein de la commission, n’a jamais pu nous dire avec exactitude ce que ses missions recouvriraient....."

Robert Badinter a dénoncé, lundi 2 août sur France Inter, le discours sécuritaire du président de la République Nicolas Sarkozy.""Tous les Français sont constitutionnellement égaux devant la loi "sans distinction d'origine", a rappelé l'ancien Garde des Sceaux, citant l'article premier de la Constitution. (...)

"Concernant d'éventuelles mesures de déchéance de la naturalisation française envisagées par l'exécutif, il a estimé qu'"on veut faire des discriminations contre les Français au regard de mêmes crimes, de mêmes infractions, selon l'origine de la personne, selon les modalités d'acquisition de la nationalité française". "C'est contraire à l'esprit républicain... et c'est une faute politique parce que le cœur du problème c'est le sentiment de certains de ces Français, que Nicolas Sarkozy appelle d'origine étrangère, de demeurer malgré leur carte d'identité des étrangers de la Nation" (...)."