LE GOUVERNEMENT QUÉBECOIS CHERCHE À INSTAURER LE DIALOGUE AVEC LES ÉTUDIANTS EN GRÈVE
" Le conflit entre les étudiants et le gouvernement au sujet de la hausse des droits de scolarité semble s’enliser. L’entente de principe signée après 12 semaines de grève, prévoyant un mécanisme pour scruter la gestion des universités, est remise en question par les organisations étudiantes et rejetée par de nombreux cégeps et associations étudiantes. Les très nombreuses manifestations qui accompagnent ce mouvement de grève historique ont été pour la plupart pacifiques. Certaines, cependant, furent marquées par de la violence, de nombreuses arrestations et des blessés. Le gouvernement a réagi en adoptant une loi spéciale suspendant les sessions dans les établissements en grève et encadrant de manière stricte les manifestations de plus de 50 personnes. Loin de calmer la grogne, ce geste semble l'avoir étendue au-delà du seul mouvement étudiant."
  • Quatre affiliés de l’IE, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), la Fédération québecquoise des professeures et professeurs d'université (FQPPU) et l'Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU), ont apporté leur soutien à la grève des étudiants québécois contre la hausse des frais de scolarité, en cours depuis mi-février.http://www.ei-ie.org/fr/news/news_details/2132